Par

Benoit Monestier

Publié le

juillet 9, 2017

Tags

Communication, experience, RP, stage

Je viens d’avoir la chance d’intégrer, pour deux semaines, l’agence LEWIS de Paris en tant que stagiaire. J’ai pu observer de plus près l’envers du décor du monde de la communication. Un monde hautain ? Superficiel ? Aseptisé ? Mensonger ? Voire même inutile ? Et bien non. Loin des préjugés et des idées reçues, j’ai pu aborder pour de vrai ce qu’est la communication et me rapprocher d’une réalité souvent caricaturée, à tort.


Inutile, vraiment ?

La première chose, et sûrement la plus importante à préciser : la communication, notamment autour d’une marque et ses produits, c’est avant tout de la création d’information. Par le biais de communiqués de presse, de pitch emails ou encore d’interviews organisées par l’agence, la communication propose de l’information pertinente et vérifiée aux journalistes. Sans elle, le métier des journalistes serait beaucoup plus compliqué. L’attaché(e) de presse joue le rôle d’un véritable trait d’union entre ses clients et la presse.

Et l’ambiance dans tout ça ?

Avant de commencer mon stage, je redoutais un peu la (prétendue) arrogance de ce monde. C’est le type d’idée reçue largement véhiculé par les médias ou les nombreux sketchs d’humoriste. J’ai été très surpris par l’accueil de chacun, tous attentionnés, prêts à aider, expliquer ou encore présenter leur travail au jeune stagiaire que je suis.

Je m’attendais aussi à entrer dans une entreprise aseptisée, sans entraide et sans camaraderie. J’ai été très surpris de découvrir que, malgré le véritable sérieux de mes collègues de deux semaines, l’ambiance était toujours détendue et les rigolades fréquentes. L’ambiance qui règne dans l’agence est donc très bon enfant mais aussi très studieuse. C’est d’ailleurs sans doute ce qui fait son succès.

Des publicitaires arriérés ?

Aussi, on a pu de nombreuses fois me dire que les communicants étaient de simples publicitaires superficiels (pardon aux publicitaires !), voire menteurs. Pourtant, j’ai pu observer que ce n’est pas le cas. Premièrement, l’action du communicant ne se limite pas à appeler des journalistes afin de leur communiquer la sortie d’un nouveau produit ou service. En effet, il est aussi demandé aux communicants des talents d’écriture et d’empathie afin de rédiger des communiqués de presse, des avis d’expert ou des articles d’opinion. Il est aussi demandé aux communicants, ce qui peut d’ailleurs les rapprocher des publicitaires, une certaine aisance à l’oral pour « accrocher » le journaliste. Mais ce qui le définit avant tout, d’après ce que j’ai pu observer, c’est sa polyvalence et sa capacité à gérer de front plusieurs dossiers chauds en gardant la tête sur les épaules et sa perspicacité. On est loin donc du superficiel !

Enfin, il est très décalé de la réalité de penser que les relations presse sont un outil dépassé qui ne s’adresse plus qu’à des chefs d’entreprise vieillissants ou des journalistes sexagénaires. La communication, et j’ai pu le voir lors de mon stage, notamment avec l’équipe PULSE, change chaque jour afin de s’adapter aux nouvelles problématiques et aux nouveaux supports digitaux qui lui sont offerts. Au sein même de l’agence LEWIS, on trouve une majorité de jeunes diplômés et les quelques employés de plus de 40 ans semblent bien se tenir au courant des dernières tendances de communication, ce qui montre la modernité de ce monde et sa capacité à s’adapter rapidement.

Ce que j’ai pu observer en tant que simple stagiaire est bien plus parlant et intéressant que des préjugés ou des bruits de couloirs. Cette opportunité a su m’ouvrir les yeux sur ce qu’est vraiment le monde de la communication.
Et vous, ça vous tenterait de confronter vos idées reçues à la réalité ?

Contactez-nous