Skip to main content
LEWIS

Par

Hugues Bantigny

Publié le

avril 10, 2024

Tags

BehindTheNews, jeux olympiques, polémiques, politique

BEHIND THE NEWS

Avril 2024

Retour sur trois mois de polémiques olymiques

Moins de quatre mois avant le début des Jeux Olympiques et Paralympiques, les Français restent divisés sur la tenue du plus grand événement sportif de l’année. D’après de nombreux sondages parus ces 2 derniers mois, le paysage reste le même : environ 1 français sur 2 estime que la France ne sera pas prête pour accueillir l’événement cet été.

L’enjeu est politique. L’Extrême Droite capitalise sur cette inquiétude depuis plusieurs mois maintenant pour critiquer les actions de la majorité au niveau étatique, de la droite au niveau régional, et de la gauche au niveau municipal. La Russie use aussi du sujet pour faire de la désinformation sécuritaire et se positionner en victime quant à la participation non souhaitée de ses athlètes. Le tout dans un climat de méfiance quant à la sécurité des publics et des athlètes, l’aboutissement des travaux pour que les compétitions aient lieu, et enfin l’atteinte à la liberté de déplacement des Parisiens.

 

Retour sur les trois derniers mois de polémiques.

Février 2024 

Le président du comité d’organisation Tony Estanguet est visé par une enquête sur sa rémunération. Son statut de travailleur indépendant au lieu d’être salarié du COJOP, et le montage financier qui en découle à travers une société qu’il a dû créer pour l’occasion, et des bénéfices qualifiés de « non commerciaux » posent questions.

Les médailles des JOP ont été dévoilées par la Monnaie de Paris et, particularité, elles intègrent toute un morceau de la tour Eiffel. Le tout dans un contexte de grève générale des employés de la Société d’Exploitation de la tour Eiffel, qui dénoncent un retard sur l’entretien de la Dame de Fer, et une renégociation déraisonnable des redevances à la Mairie de Paris, passées de 16 à 50 millions d’euros par an.

Mars 2024

L’Extrême Droite attise les haines autour de la possible participation de la chanteuse Aya Nakamura à la cérémonie d’ouverture, s’attaquant à ses origines, à sa double nationalité franco-malienne et à ses textes, pour avancer qu’elle n’est pas digne de représenter la France.

La Russie réagit à l’obligation de participation sous bannière neutre des athlètes russes et biélorusses en annonçant un possible boycott des JO. Cette décision politique fait état de sanctions dans la cadre de la guerre en Ukraine. Anne Hildago en visite à Kiev fin mars a de son côté précisé : « [les] athlètes russes et biélorusses […] ne sont pas les bienvenus ». Pour rappel, les athlètes russes avaient déjà dû participer aux dernières olympiades de Tokyo sous bannière neutre en réponse à une cascade de tricheries aux règles antidopage.

Enfin la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse, en réponse à la tension extrême attendue dans les transports en commun franciliens, a annoncé passer le prix du ticket de métro à 4€ pendant la période au lieu des 2,10€ habituels, forçant les usagers non abonnés à prendre un pass « Navigo liberté + » pour éviter de subir cette augmentation. La raison est clairement précisée : « pour que personne n’en n’achète ».

Avril 2024

En à peine plus d’une semaine, les polémiques continuent d’enfler : d’abord la confirmation de plusieurs fédérations sportives de Russie de leur boycott des JOP, mais aussi des problèmes déjà connus sur la capacité du programme des Jeux à se tenir comme souhaités : notamment les compétitions aquatiques sur la Seine, avec une répétition avortée en raison d’une crue, et de surcroit, l’ONG Surfrider qui vient de publier les résultats de 6 mois de mesure de la qualité de l’eau et qui sonne (à nouveau) l’alarme. La région s’est voulue plus optimiste en assurant que « la qualité de l’eau de la Seine sera au rendez-vous pour les JO« .

La ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra est aussi revenue cette semaine sur les risques d’attentats à l’occasion des Jeux, à la suite de la hausse du plan Vigipirate au plus haut niveau, post-attentat en Russie. Elle a réitéré qu’il n’y avait pas de menace terrorisme spécifique autour de l’événement.

Chaque mois, TEAM LEWIS décrypte les coulisses de l’actualité.

Abonnez-vous

Chaque mois, nos experts décryptent l’actualité de votre secteur et vous partagent leurs inspirations social media et créa !

 

Des questions ?

Nos experts à Paris et à Bordeaux sont là pour y répondre:

Restons en contact !

Nos consultants en Relation Presse, marketing digital, et Content Marketing vous accompagnent.

Contactez-nous à HelloParis(a)teamlewis.com ou complétez le formulaire ci-dessous