Skip to main content
TEAM LEWIS LEWIS

Par

Antoine Bardon, Digital Account Executive

Publié le

mars 2, 2021

Tags

COVID-19, digital, télétravail, témoignage

BLOGPOST_carrière_pro_pendant_la_crise_COVID

Après des études de communication interculturelle et de langues, je voulais rejoindre une entreprise de communication tournée vers le monde entier, une entreprise au fait des nouvelles technologies et soucieuse du bien-être de ses employés. J’ai passé un entretien qui m’a laissé un bon sentiment, et mes recruteurs m’ont accordé leur confiance. Ce qu’aucun de nous ne savions, c’est que j’allais avoir droit à un onboarding on ne peut moins classique.

J’ai effectué une semaine sur place, pendant laquelle j’ai été très bien accueilli et commençais à prendre mes marques. La simplicité, la clarté, la rapidité et le bon sens avec lesquels étaient menés les projets innovants me motivaient, et me surprenaient de la part d’une agence d’une telle taille. Le jeudi soir suivant, la nouvelle est tombée : nous ne reviendrons pas au bureau la semaine suivante. Vendredi, nous avons quitté les bureaux comme n’importe quel autre jour, et les dés étaient jetés.

Premiers questionnements

Beaucoup d’entreprises ont mis fin aux périodes d’essai commencées juste avant le confinement. LEWIS n’avait pas de raison apparente de le faire mais je les connaissais encore peu, donc par prudence, je n’étais pas rassuré. Dans le pire scénario, je me retrouvais diplômé mais à nouveau sans emploi pour une durée indéterminée. Impossible de savoir non plus si l’intérêt global de mon expérience chez LEWIS n’allait pas se dégrader si la situation se prolongeait. Heureusement, j’ai perçu le sérieux et la transparence de mes collègues comme un gage de bonne foi sur ces différents points, et cela m’a permis de me concentrer sur le cœur de l’ouvrage.

Faire connaissance avec ses collègues en ligne

Mon équipe avait mis en place un point quotidien chaque matin pendant lequel chacun pouvait présenter son ordre du jour et faire le point sur les actions supplémentaires à entreprendre : rien n’était laissé au hasard.

Il est pourtant difficile de développer une complicité dans un e-call de groupe : j’ai commencé à connaître mon équipe en les appelant individuellement lorsque j’avais des questions à poser. En tant que jeune recrue, échanger avec mes collègues et managers par écrit ne pouvait pas être suffisant.

Heureusement, l’équipe met un point d’honneur à toujours être réactive, même dans les journées les plus chargées, et cela m’a permis de distribuer quelques bribes de ma personnalité pour que petit à petit, ils puissent se faire une idée claire du genre de personne que je suis, quels étaient mes points forts, mes faiblesses, mes travers.

Lorsqu’on est “le bleu”, ça n’est pas naturel et peut demander un certain effort ; heureusement, je n’étais pas le seul à en faire. Tous les membres de l’équipe (et de l’agence aussi, d’ailleurs) étaient lucides et ne manquaient pas de discernement sur mon cas ni sur leurs responsabilités. Ça a été un réel soulagement puisque je n’ai pas été livré à moi-même ni obligé de m’auto-former malgré mon quotidien solitaire.

Au fur et à mesure des semaines, et face à une gestion de crise imprévisible, nous avons pu sympathiser en échangeant sur nos quotidiens surréalistes qui empiétaient largement sur notre vie professionnelle (plutôt que l’inverse, plus habituel).

Apprendre le fonctionnement d’une agence sans en être témoin

Le management est très dynamique chez LEWIS, et les différentes équipes échangent beaucoup entre elles. Fixer des noms sur des visages que j’avais peu (voire jamais) vus n’était déjà pas facile, alors comprendre qui fait quoi et qui rend des comptes à qui m’a pris un certain temps. Mais dans l’ensemble, j’ai fini par réaliser que ça n’avait aucune importance : chacun fait preuve de sérieux et la hiérarchie ne sert qu’en cas de conflit (observés à ce jour : 0). La proximité entre les chefs d’équipes et les juniors est telle que les échanges sont très spontanés dans les deux cas. Le peu de différence d’âge et une bonne dose de réserve masquée par un peu d’humour permet d’entretenir une ambiance de travail saine !

L’avantage du tout-digital

Si nous avons eu la chance de pouvoir conserver une activité quasi-normale, c’est parce que tout notre travail est (presque) exclusivement numérique. Oui, la plupart de mes collègues utilisent toujours des carnets pour prendre rapidement des notes mais je me force à ne pas le faire : je peux perdre facilement mes affaires si je ne les range pas toutes au même endroit, alors tout avoir sur mon ordinateur me convient très bien. C’est moins lourd dans le sac, c’est sauvegardé dans le cloud en temps réel, et je peux reprendre mon travail à peu près partout en un clic.

Conclusion

Même si l’adaptation a été déroutante, LEWIS m’a permis de poursuivre mon parcours presque comme s’il n’y avait jamais eu de crise sanitaire, à quelques verres entre collègues près ! Heureusement, ce n’est que partie remise. J’ai cru en eux et n’ai aucun regret. Je continue d’apprendre chaque jour et la multitude de projets auxquels je participe ne me laissent pas le temps de m’ennuyer ! La vie sociale au bureau reprend peu à peu, et de nouveaux arrivants sont curieux d’apprendre à connaître tout le monde… Comme je l’étais il y a un an. Tout ce que j’ai appris chez LEWIS pourra être réinvesti dans des domaines desquels je souhaite me rapprocher lorsque la crise s’atténuera : la communication culturelle. Mais quoi de mieux d’échanger d’abord avec des clients high-tech pour être à la pointe du digital ?

Globalement, chacun a appris un certain nombre de choses sur soi et sur le travail solitaire, avec les bons et les mauvais côtés. Dans les deux cas, nous sommes d’accord sur quelques points qui me semblent de parfaits mots de fin :

  • Se retrouver chaque jour au bureau n’est pas nécessaire,
  • Rester trop longtemps en 100% télétravail est généralement mauvais pour la santé et la créativité,
  • En visio ou en physique, le small talk est d’importance capitale car il permet d’éviter les malentendus et pallie aux moments récréatifs entre collègues en période de rush.

Un témoignage de Antoine Bardon, Digital Account Executive.

Contactez-nous à HelloParis(a)teamlewis.com ou complétez le formulaire ci-dessous