romain seingier présentation

Par

Romain Seingier, Head of Digital

Publié le

janvier 14, 2020

Tags

CEO Advovacy, dirigeant, entreprise, Influence, marque, offre, service, social media, stratégie, visibilité

En tant que visage d’une entreprise, le dirigeant se doit de communiquer et assurer une présence à minima ; présence qui devra être cohérente avec son souhait et sa capacité à se mettre sur le devant de la scène.


Les dirigeants performants ont souvent besoin de développer et de perfectionner des compétences qu’ils n’ont pas acquises lors de leur ascension professionnelle. Bien que de nombreux PDG aient pu s’élever en étant spécialistes de certaines disciplines :  finances, marketing, ventes ou même technologie, une fois qu’ils ont atteint le sommet de l’entreprise, il ne suffit pas d’être capable de  » faire  » quelque chose. L’étendue de leur fonction et leur vision pour l’entreprise exige qu’ils  » soient  » quelque chose – qu’ils représentent le visage de leur organisation.

 

Les leaders doivent être la marque et les consommateurs attendent qu’ils parlent au nom de l’entreprise.

 

Début décembre Linkedin a publié son top influenceurs 2020 dans lequel la rédaction liste les personnalités les plus influentes de la plateforme.

La première personnalité, Michel-Edouard Leclerc, comme 6 autres de ce top 10 est dirigeant d’une grande entreprise. Ils maîtrisent (avec une équipe qui les soutient) et exploitent les capacités des plateformes au bénéfice de leur image et de celle de leur entreprise.

 

Le dirigeant – le visage de l’entreprise

En tant que visage d’une entreprise, le dirigeant se doit de communiquer et assurer une présence à minima, présence qui devra être cohérente avec son souhait et sa capacité à se mettre sur le devant de la scène.

La première étape est de définir la manière dont on souhaite communiquer avec son audience, les thématiques que l’on souhaite porter. Cela comprend principalement :

  • S’engager avec les clients, les partenaires ou les pairs
  • Écouter et répondre aux demandes
  • Établir des liens avec les collaborateurs et les employés
  • Attirer et retenir les grands talents
  • Réagir à l’actualité et influencer son secteur dans les médias
  • Répondre aux critiques
  • Se positionner en tant que réfèrent d’un secteur ou sur un sujet
  • Promouvoir des causes ou des idéaux
  • Partager un point de vue unique, des leçons ou des apprentissages difficiles
  • Prendre position sur une problématique pour faire preuve de leadership
  • Humaniser et être la conscience de votre marque
  • Prêcher par l’exemple

 

Vient ensuite la définition de la ligne éditoriale et la sélection des plateformes sur lesquelles communiquer.

 

Comme le disait Warren Buffett « Il faut 20 ans pour construire une réputation et cinq minutes pour la détruire. Si vous gardez cela à l’esprit, vous vous comportez différemment. »

 

Les bons sujets sur lesquels se positionner sont donc ceux sur lesquels on sera crédible, et que l’on sera en mesure de défendre par des points de vue argumentés. Il faut choisir des sujets avec lesquels le dirigeant sera à l’aise en cas d’interview, conférence, etc…

La sélection des plateformes est également clé et doit être effectuée en fonction de l’appétence naturelle du dirigeant pour les réseaux sociaux.
Pour un dirigeant, nous recommandons toujours à minima Linkedin qui a évolué d’un simple réseau social professionnel en plateforme de contenus. Linkedin permet d’aborder des sujets de fonds au travers de ses articles Pulse et des partager des points de vue moins argumentés via les posts. La plateforme ne nécessite pas par ailleurs une présence trop intensive.

 

Les Réseaux Sociaux :

Vient ensuite Twitter. S’il s’agit de la plateforme conversationnelle par excellence, construire une communauté active prend du temps, à la fois sur la durée, mais aussi au quotidien. Le sujet fait débat dans la communauté des marketeurs, mais on peut communément admettre que la durée de vie d’un tweet est plus courte qu’un post LinkedIn, du fait de la nature du premier qui fonctionne en flux.

Pour Twitter, une présence intensive passera par l’utilisation d’outils comme Amazing Content, Sharee, ou Sociallymap qui permettent de faire de la curation de contenus pertinents et de publier en quelques secondes.

Enfin, des plateformes plus personnelles comme Instagram ou Facebook peuvent être envisagées mais cela dépend de la volonté du dirigeant de se mettre en scène et ce qu’il souhaite dévoiler ou non.

En complément de la présence sur les Réseaux Sociaux, il est pertinent de positionner les dirigeants comme contributeurs sur des médias référents au travers des rubriques ouvertes aux non-journalistes comme le Cercle des Echos, l’espace chronique du journal du net, ou encore les Avis d’experts de Silicon pour les publications verticales.

 

En synthèse, construire la « marque » du dirigeant, c’est respecter plusieurs règles :

  • La communication doit refléter la personnalité du dirigeant et son appétence naturelle (ou sa non-appétence) pour la dimension conversationnelle des réseaux sociaux
  • Le dirigeant doit de positionner sur des thématiques qu’il maîtrise et qu’il sera en mesure d’argumenter
  • Mieux vaut faire peu, mais bien. Une mauvaise communication est plus dommageable que pas de communication.

 

Si vous souhaitez réfléchir à la bonne stratégie à adopter pour votre dirigeant, contactez l’équipe Lewis pour définir une approche personnalisée.

 

Contactez-nous à HelloParis(a)teamlewis.com ou complétez le formulaire ci-dessous